Comment faire la sociologie d’une ville en 128 pages ?

Black rook, Pamela Macfarlane, 1968, @Museum of New Zealand – Te Papa Tongarewa

Comment aborder la sociologie d’un sujet aussi vaste que celui d’une ville dans un Repères de 128 pages ? Quels sont les enjeux axiologiques et méthodologiques d’un tel ouvrage ? La journée d’étude du 15 janvier 2024, portée par trois interventions, a été une opportunité précieuse pour explorer ces questions. Les intervenant·e·s, auteur·e·s des sociologie de Nantes, Lille et Lyon , ont présenté leurs ouvrages collectifs publiés chez La Découverte dans la collection « Repères ». Cet événement a permis d’enrichir la réflexion autour du projet en cours « Sociologie de Grenoble », porté par une vingtaine d’enseignant·e·s et enseignant·e·s-chercheur·euse·s de l’Université Grenoble Alpes, qui aboutira lui aussi à la publication d’un tel ouvrage. À l’occasion d’une table ronde qui a clôturé la journée, le projet de Grenoble a été mis en perspective aux côtés des présentations des trois ouvrages, permettant ainsi de bénéficier de leur parcours et expériences dont nous faisons ici une synthèse.

Direction éditoriale et enjeux axiologiques

 Qu’entendons-nous par la sociologie d’une ville ? Parle-t-on de ses habitant·e·s ? De son histoire ? De la politique qui la façonne ? De son urbanisme ? Il s’agit de tout cela et bien plus encore. Cependant, cette imbrication d’objets sociologiques qui forment « la ville » rend l’approche de cette dernière particulièrement complexe. En effet, l’exercice d’équilibriste qui consiste à montrer une vue panoramique d’une ville dans un ouvrage condensé tend à rendre la mise en relief des spécificités de chaque ville difficile.

De ce fait, l’équipe de Lyon, composée de quatre sociologues, a choisi d’aborder la ville de Lyon à travers le fil conducteur des ambivalences et des paradoxes qui façonnent cette ville – le repli et l’ouverture, la conservation et l’innovation, etc. – et de s’attaquer empiriquement aux nombreux stéréotypes qui lui sont accolés. L’enjeu est de se distinguer des guides touristiques, qui participent à façonner très largement des images figées des villes, en relayant des repères emblématiques du patrimoine que l’ouvrage de Lyon a cherché à questionner.

 Les cinq sociologues nantais, quant à eux, ont choisi d’articuler l’ouvrage autour de l’idée de l’embourgeoisement de Nantes. En effet, deux images s’opposent : une image de Nantes successivement capitale verte de l’Europe et capitale européenne de l’innovation, et une image de Nantes gréviste et ouvrière qui trouve ses racines dans des manifestations d’ampleur ayant eu lieu dans l’après-guerre. La question est de savoir comment la ville s’est réellement transformée.  Soucieux·euses de ne pas tomber dans le double écueil de l’éloge de la ville ou de la dénonciation, l’équipe a misé sur son hétérogénéité (originaire de Nantes ou d’ailleurs), et son indépendance à l’égard des pouvoirs locaux.

L’approche du Collectif Degeyeter, composé de neuf enseignants-chercheurs sociologues, politistes et géographes, auteur·e·s de Sociologie de Lille, a pris le parti de rendre compte de la ségrégation marquée de cette  aire urbaine. Lille faisait alors partie des villes françaises les plus ségrégées, en plus d’être le terrain de mouvements syndicaux et politiques forts. La problématique de l’ouvrage questionne le mouvement de la reconversion tertiaire lilloise et ses conséquences sur cette ségrégation sociale. L’ouvrage interroge ainsi les effets de la tertiairisation face au mouvement de désindustrialisation et son impact sur les inégalités sociales, avec comme point culminant une analyse des grands événements culturels qui ont participé à cette tertiarisation. Cette orientation n’est pas sans rappeler celle qui structure une autre sociologie de ville, celle consacrée à Marseille.

Méthodologies et cahier des charges

Afin de pouvoir faire la sociologie d’une ville, l’usage de données variées est nécessaire pour en couvrir les différents aspects. Il s’agit donc de faire « feu de tout bois » et de se saisir des données produites par de multiples acteur·ice·s.

Les données de seconde main sont ainsi, par contrainte de temps et de moyens, largement utilisées pour la sociologie des villes. Nous pouvons citer celles de l’INSEE, systématiquement utilisées pour traiter de la démographie. À l’échelle plus locale, les travaux des agences régionales, tels que ceux du rectorat, ont été mobilisés, mais aussi à l’échelle départementale avec notamment la sollicitation des agences départementales sur le logement. De la même manière, les données produites par les métropoles ont été une ressource, au même titre que les agences d’urbanisme, les CCAS ou encore des agences privées locale. Ces données portant sur les villes concernées ont souvent été comparées à celles de villes proches, comme Rennes dans le cas de Nantes, pour en affiner le sens. Cependant, les données de seconde main ne riment pas uniquement avec des données quantitatives. En effet, des travaux universitaires d’historiens, de géographes ou de politologues ont été utilisés par les trois équipes. Au-delà même du champ universitaire, des textes littéraires, d’auteurs locaux ont également été une source, tels que les ouvrage de Jean Dufour Calixte, pour n’en citer qu’un, afin de penser « l’esprit lyonnais » évoqué par Pierre-Yves Saunier, chercheur au CNRS.

À côte de l’usage de données de seconde main, des travaux originaux ont été réalisés dans certains cas, même s’ils restent secondaires dans ce type d’entreprise. L’équipe de la sociologie de Nantes a ainsi effectué ce qu’ils nomment des « micro-enquêtes ». Nous pouvons notamment citer le travail sur les professions de foi des candidat·e·s aux élections municipales, qui visait à analyser la manière dont les candidat·e·s se présentent aux électeurs.

Au terme de cette discussion, une question reste en suspens : où s’arrête la sociologie de la ville ? Alors que les frontières administratives sont sans équivoque, la ville s’inscrit dans un environnement économique, politique et culturel qui ne s’arrête pas brusquement à la manière des codes postaux. La sociologie de Lyon a choisi de se concentrer sur la ville afin de pouvoir adresser chacun des nombreux stéréotypes rattachés à ce territoire. Nantes, quant à elle, a choisi les frontières de la métropole, considérant – tout comme Lille – que l’étude de la ville seule reste inadaptée pour rendre compte de sa situation et que la ville nécessite d’être envisagée dans sa relation avec les communes alentours. Dans le cas de Lille, Roubaix, Tourcoing et Villeneuve d’Ascq forment une intercommunalité forte. De ce fait, les auteurs de Nantes et de Lille ont adapté l’échelle de leur analyse selon les sujets traités et la disponibilité des données.

Ces ouvrages mobilisent donc des sources aussi variées que multiples, ce qui implique toutefois des limites. La première, et la plus évidente, est que la disponibilité des données contraint parfois les sujets qui peuvent être traités, ne permettant pas d’être exhaustif. Par exemple, à l’heure de la rédaction de l’ouvrage sur Lyon, le football, pourtant l’un des emblèmes de la ville, n’a pas pu être traité faute de matériaux. Ce qui nous mène à la deuxième limite. Les données de seconde main impliquent un délai qui ne permet pas de rendre compte de la ville telle qu’elle est au moment de l’écriture, mais telle qu’elle était au moment de la collecte des différents matériaux.

La parution ne vient jamais seule

Faire la sociologie d’une ville c’est aussi penser à la diffusion de l’ouvrage et à sa rencontre avec les futurs·e·s lecteur·ice·s. Alors qu’en sociologie les productions sont souvent destinées à un public scientifique, dans le cas des sociologies de ville de la collection Repères, ces ouvrages ont eu peu de résonance dans le monde académique. En revanche, les sociologies des villes sont saisies par les acteurs des territoires qu’elles concernent. Ce partage des résultats n’est pas le dernier chapitre de l’histoire, mais doit être pensé dès la conception de l’ouvrage.

En effet, la sociologie de Nantes a été rédigée en partie dans l’intention d’être un outil pédagogique pour les étudiant·e·s, dont la majorité n’est pas originaire de la ville, afin de leur donner un appui pour mieux appréhender leur nouvel environnement à travers un regard sociologique. De la même manière, quoique sur une autre thématique, le collectif de Lille, tout comme celui de Nantes, a pensé à la date de parution de l’ouvrage dès sa conception afin d’éviter les périodes électorales, pour tenter de minimiser les risques de récupération des propos de l’ouvrage dans le débat public. Cependant, ces précautions ne sont pas la garantie d’une publication paisible. Certains résultats de l’ouvrage de Nantes ont été, par exemple, instrumentalisés par le Front National, reprenant à leur compte la démonstration de l’embourgeoisement de la ville pour parler à leurs électeurs.

La rencontre avec les acteur·ice·s locaux est aussi l’occasion d’un retour constructif qui prolonge l’ouvrage. En ce sens, des liens avec des lecteurs ont été favorisés au travers de collaborations avec des librairies locales et des balades sociologiques – pratique initiée par les Pinçon-Charlot –, ont été organisées à Nantes afin de faire vivre la sociologie de la ville par l’expérience. De la même manière, l’ouvrage de Lille a été bien accueilli, notamment par les milieux militants ; l’invitation de l’association Vivacité en est un exemple. Les auteurs de la ville de Lyon, quant à eux, sont devenus les référents pour les journalistes locaux pour tout événement politique local.

Pour répondre à notre question initiale, en 128 mots (ou presque), il est essentiel de reconnaître qu’il n’existe pas de méthode standard pour réaliser une étude sociologique sur une ville. Malgré les attentes habituelles, telles qu’une description démographique ou la présentation de la gouvernance, chaque ville représente un objet spécifique et complexe. Cela nécessite une approche et une problématisation adaptées à sa singularité. Cette démarche dépend de plusieurs facteurs, notamment de la relation des sociologues avec la ville, de la disponibilité des données et leurs implications, ainsi que de la relation de la ville avec son environnement immédiat. Finalement, alors que, contrairement aux habitudes, ces travaux ne sont pas destinés aux collègues du monde universitaire, la première question à laquelle il faut peut-être répondre pour savoir comment faire la sociologie d’une ville est : pour qui l’écrit-on ? Les étudiant·e·s en sociologie ? Les nouveaux arrivant·e·s ? Les politiques de la ville ?


 



Citer ce billet
Thery Maïté (2024, 3 mai). Comment faire la sociologie d’une ville en 128 pages ? SocioGre. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10std

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search