Police et “identités” ethno-raciales. Questions de méthode. Guillaume Roux

Compte-rendu de la séance de séminaire du 4 février 2021 – réalisé par Naëlle Riccone (M1 SIRS)

Guillaume Roux est chercheur en sociologie et étudie les thèmes relatifs à la racialisation, les identités ethniques, l’action publique, les banlieues, les phénomènes de politisation, les conflits entre les groupes « minoritaires » et les policiers, l’épistémologie politique, et d’autres domaines en lien avec ceux-ci. Guillaume Roux nous parle des phénomènes de discrimination et des quartiers populaires, et de la méthode des focus groups mobilisées pour investir ce sujet.

A propos

L’étude de Guillaume Roux porte donc sur les phénomènes de racisme et de xénophobie en tant que disposition individuelle, en questionnant le fondement même du racisme, et les raisons pour lesquelles certains individus, au sein d’une même société, sont racistes et d’autres non. Cette approche a l’avantage de ne pas négliger l’historicité de ces phénomènes, en démontrant que le rejet de groupes minoritaires dépend des contextes et varie selon les époques (par exemple, suite à la seconde Guerre Mondiale, beaucoup d’individus se déclaraient ouvertement antisémites, ce qui est aujourd’hui considéré comme marginal). Guillaume Roux tend à questionner comment les phénomènes qu’il étudie sont le produit de rapports de force et de pouvoir. Il est ainsi important de rester attentif aux rapports de force entre les groupes, entre les individus mettant en place des actions, et les individus résistants à ces actions.

Étudier les minorités

La recherche ici traitée porte sur les rapports des individus ordinaires à la police : comment le rapport à la police peut être relié à des identités ou des identifications raciales ou ethno-raciales. Plus précisément, comment se construisent les catégories identitaires de « nous » contre « eux ». Il faut ainsi se demander si la police est perçue au prisme de ces identifications. Guillaume Roux questionne comment le rapport à la police alimente les catégories racialisantes. En effet, le rapport à la police suscite des assignations raciales, comme par exemple lorsque l’on peut entendre que « ce sont toujours les mêmes qui se font contrôler par la police » : cette perspective renvoie à des groupes ethnoraciaux.

Zoom sur l’identité

La notion d’identité est à mettre en guillemets. En général, il est préférable de parler d’« identification » pour insister sur le côté processuel et contingent de cette notion, c’est-à-dire sur l’importance du contexte dans la définition de l’identification. La notion d’identification permet d’accentuer le fait que l’identité est plus ou moins saillante selon les contextes, et que nous ne sommes pas conscients en permanence de qui nous sommes : l’identité se construit en rapport avec les différents contextes.

Choisir une méthodologie adaptée

Il est important de distinguer l’honnêteté et la neutralité axiologique des chercheurs face à ce qu’ils observent. En effet, Guillaume Roux reconnait que l’attrait pour un sujet peut être issu d’une forme de militantisme ou d’engagement de la part du chercheur. Cela comporte des limites, et plusieurs effets indésirables ressortent, comme le fait de camoufler des résultats qui n’iraient pas dans le sens de ce que pense le chercheur. Pour Guillaume Roux, il faut distinguer les motivations des chercheurs, leurs préférences politiques et leurs affinités avec les sujets investigués. Etudier un sujet en ayant des motivations militantes n’est pas néfaste, mais il est dès lors fondamental d’objectiver les résultats.

Ce sont justement les méthodes en sciences sociales qui doivent permettre l’objectivation des faits sociaux. Elles permettent d’étudier des faits sociaux en restant neutre face aux résultats obtenus malgré le positionnement politique du chercheur. Les méthodes tendent donc à objectiver des résultats et appuyer, si ce n’est valider, les conclusions obtenues.

La notion de « race »

La notion de « race » fait polémique dans le monde académique, et est accusée de diviser les individus sur une base raciale. En sociologie, cette notion est une construction sociale, et elle est étudiée en tant que catégorie mentale. De fait, cette notion existe dans l’esprit des individus mais n’existe pas en soi : il n’y a pas de race en biologie. Cette notion est mobilisée par Guillaume Roux pour simplifier la compréhension des recherches, malgré le grand nombre d’argument justifiant le fait qu’il est préférable de ne pas utiliser cette notion.

Les focus groups

Guillaume Roux utilise la méthode des focus groups dans son étude. Comme dans toutes les enquêtes, plusieurs solutions sont possibles pour investir le terrain. Si les focus group (ou entretiens collectifs) ont été retenus pour cette enquête, c’est parce que ceux-ci permettent aux individus enquêtés de s’identifier vis-à-vis de l’autre. La conscience de soi-même n’est pas omniprésente à chaque moment de la journée, mais elle se réactive en contact avec d’autres personnes, identifiées comme appartenant à notre « groupe ». Ainsi, visualiser les interactions entre les individus permet de cerner les stratégies mises en places par ceux-ci pour mobiliser – ou non – des identités collectives, dans un contexte de groupement.

Le fait d’être placé dans une situation de groupe permet l’expression d’une identification collective. Les focus groups ont été construits à cette fin, afin de cerner les rapports des individus face à la police et la façon dont l’identification collective à un groupe influence ces rapports.

Plusieurs variables déterminantes sont à prendre en compte dans la constitution des focus groups. Dans la recherche présente, il est important de savoir que les hommes semblent avoir plus souvent une image de négative de la police que les femmes. Guillaume Roux a ainsi constitué des focus groups uniquement composés d’hommes et selon leur racialisation : des groupes constitués de personnes blanches, d’autres de personnes noires, et d’autres de personnes maghrébines. Une autre variable a été déterminante : le fait d’être membre d’un quartier populaire – le quartier étant ici celui de la Villeneuve, à Grenoble (Isère) – ou d’en être extérieur. L’objectif de la constitution de ces groupes était donc de susciter des identifications collectives dans des groupes racialisés afin de comprendre comment ces identifications pouvaient modifier le rapport à la police des uns et des autres.

Le déroulé du focus group varie selon les sujets d’enquête. Il est nécessaire de trouver des sujets ou des activités permettant de faire débattre les gens entre eux. L’animateur a pour rôle de recadrer la discussion entre les différents individus. Dans le cadre de cette recherche, des vidéos de contrôles musclés ont par exemple été diffusées aux individus afin de voir leur réaction et les débats, les remarques qui en ressortent dans un contexte collectif.

Limites méthodologiques

Avec la méthode des focus groups, la question de la représentativité n’est pas mise en avant, ce qui représente une limite pour généraliser des résultats. De plus, dans les enquêtes par entretien par exemple, arrive souvent un effet de saturation lorsqu’un certain nombre de personnes a été questionné. Cet effet de saturation permet alors d’identifier les grands types de discours sur un même sujet. La méthode des focus groups ne permet pas d’atteindre cet effet de saturation, et les individus présents s’expriment moins longuement que lors d’un entretien. Ainsi, pour Guillaume Roux, le focus group est surtout une méthode exploratoire. Il est donc toujours pertinent de croiser les méthodes, afin de rendre les résultats obtenus d’autant plus pertinents. Le focus group est une étape de l’enquête qui se mêle aux autres méthodes utilisées.

Aussi, la méthode des focus groups est assez lourde dans son déroulée. Elle demande de réunir plusieurs personnes en un même lieu, durant un certain temps, ce qui est assez compliqué. Il existe d’ailleurs des biais durant ces séances. Par exemple, certains individus peuvent prendre le dessus et imposer leur point de vue sur un sujet. Ces situations permettent tout de même de nourrir l’analyse en observant l’établissement des rapports de forces dans un groupe constitué et la façon dont ceux-ci opèrent. Même si ce type de situation peut sembler être une limite majeure à la méthode, elle devient rapidement une force, selon l’analyse qui en ressort.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.