Un nouveau parcours du master de sciences sociales : VH2S (Vieillissement, Handicap, Santé, Sociétés)

A la rentrée de septembre 2021, le parcours VH2S (Vieillissement, Handicap, Santé, Sociétés) remplace le parcours VST (Vieillissement, Sociétés, Technologies) au sein du Master Sciences sociales de l’UGA.

Fondé sur les approches et outils des sciences sociales tout en incluant une ouverture pluridisciplinaire et un ancrage dans la pratique professionnelle, ce parcours forme de futurs professionnels ayant une compétence experte dans les problématiques de vulnérabilité liées au grand âge, au handicap ou aux questions de santé aux âges adultes. Chaque année est validée, en plus du programme de cours, par la soutenance d’un mémoire et la réalisation d’un stage professionnel.

Les diplômés de ce parcours peuvent exercer à des postes d’encadrement ou de chargés de mission, à l’interface des domaines sanitaires et sociaux, en collectivités territoriales et dans les institutions publiques comme dans les secteurs associatif ou privé. Ce diplôme peut également permettre une poursuite d’étude en doctorat de sciences sociales.

La formation est ouverte aussi bien en formation initiale qu’en formation continue, et compte chaque année des professionnels en reprise d’études (pour ces derniers, un accès direct au M2 est possible sur dossier dans certains cas). Par ailleurs, l’organisation des études favorise l’insertion dans la formation d’étudiants en situation d’emploi : 3 jours de cours par semaine en M1, une à deux semaines de regroupement par mois en M2.

Plus d’informations sur le site de l’UFR SHS de l’UGA.

Police et “identités” ethno-raciales. Questions de méthode. Guillaume Roux

Compte-rendu de la séance de séminaire du 4 février 2021 – réalisé par Naëlle Riccone (M1 SIRS)

Guillaume Roux est chercheur en sociologie et étudie les thèmes relatifs à la racialisation, les identités ethniques, l’action publique, les banlieues, les phénomènes de politisation, les conflits entre les groupes « minoritaires » et les policiers, l’épistémologie politique, et d’autres domaines en lien avec ceux-ci. Guillaume Roux nous parle des phénomènes de discrimination et des quartiers populaires, et de la méthode des focus groups mobilisées pour investir ce sujet.

A propos

L’étude de Guillaume Roux porte donc sur les phénomènes de racisme et de xénophobie en tant que disposition individuelle, en questionnant le fondement même du racisme, et les raisons pour lesquelles certains individus, au sein d’une même société, sont racistes et d’autres non. Cette approche a l’avantage de ne pas négliger l’historicité de ces phénomènes, en démontrant que le rejet de groupes minoritaires dépend des contextes et varie selon les époques (par exemple, suite à la seconde Guerre Mondiale, beaucoup d’individus se déclaraient ouvertement antisémites, ce qui est aujourd’hui considéré comme marginal). Guillaume Roux tend à questionner comment les phénomènes qu’il étudie sont le produit de rapports de force et de pouvoir. Il est ainsi important de rester attentif aux rapports de force entre les groupes, entre les individus mettant en place des actions, et les individus résistants à ces actions.

Étudier les minorités

La recherche ici traitée porte sur les rapports des individus ordinaires à la police : comment le rapport à la police peut être relié à des identités ou des identifications raciales ou ethno-raciales. Plus précisément, comment se construisent les catégories identitaires de « nous » contre « eux ». Il faut ainsi se demander si la police est perçue au prisme de ces identifications. Guillaume Roux questionne comment le rapport à la police alimente les catégories racialisantes. En effet, le rapport à la police suscite des assignations raciales, comme par exemple lorsque l’on peut entendre que « ce sont toujours les mêmes qui se font contrôler par la police » : cette perspective renvoie à des groupes ethnoraciaux.

Zoom sur l’identité

La notion d’identité est à mettre en guillemets. En général, il est préférable de parler d’« identification » pour insister sur le côté processuel et contingent de cette notion, c’est-à-dire sur l’importance du contexte dans la définition de l’identification. La notion d’identification permet d’accentuer le fait que l’identité est plus ou moins saillante selon les contextes, et que nous ne sommes pas conscients en permanence de qui nous sommes : l’identité se construit en rapport avec les différents contextes.

Choisir une méthodologie adaptée

Il est important de distinguer l’honnêteté et la neutralité axiologique des chercheurs face à ce qu’ils observent. En effet, Guillaume Roux reconnait que l’attrait pour un sujet peut être issu d’une forme de militantisme ou d’engagement de la part du chercheur. Cela comporte des limites, et plusieurs effets indésirables ressortent, comme le fait de camoufler des résultats qui n’iraient pas dans le sens de ce que pense le chercheur. Pour Guillaume Roux, il faut distinguer les motivations des chercheurs, leurs préférences politiques et leurs affinités avec les sujets investigués. Etudier un sujet en ayant des motivations militantes n’est pas néfaste, mais il est dès lors fondamental d’objectiver les résultats.

Ce sont justement les méthodes en sciences sociales qui doivent permettre l’objectivation des faits sociaux. Elles permettent d’étudier des faits sociaux en restant neutre face aux résultats obtenus malgré le positionnement politique du chercheur. Les méthodes tendent donc à objectiver des résultats et appuyer, si ce n’est valider, les conclusions obtenues.

La notion de « race »

La notion de « race » fait polémique dans le monde académique, et est accusée de diviser les individus sur une base raciale. En sociologie, cette notion est une construction sociale, et elle est étudiée en tant que catégorie mentale. De fait, cette notion existe dans l’esprit des individus mais n’existe pas en soi : il n’y a pas de race en biologie. Cette notion est mobilisée par Guillaume Roux pour simplifier la compréhension des recherches, malgré le grand nombre d’argument justifiant le fait qu’il est préférable de ne pas utiliser cette notion.

Les focus groups

Guillaume Roux utilise la méthode des focus groups dans son étude. Comme dans toutes les enquêtes, plusieurs solutions sont possibles pour investir le terrain. Si les focus group (ou entretiens collectifs) ont été retenus pour cette enquête, c’est parce que ceux-ci permettent aux individus enquêtés de s’identifier vis-à-vis de l’autre. La conscience de soi-même n’est pas omniprésente à chaque moment de la journée, mais elle se réactive en contact avec d’autres personnes, identifiées comme appartenant à notre « groupe ». Ainsi, visualiser les interactions entre les individus permet de cerner les stratégies mises en places par ceux-ci pour mobiliser – ou non – des identités collectives, dans un contexte de groupement.

Le fait d’être placé dans une situation de groupe permet l’expression d’une identification collective. Les focus groups ont été construits à cette fin, afin de cerner les rapports des individus face à la police et la façon dont l’identification collective à un groupe influence ces rapports.

Plusieurs variables déterminantes sont à prendre en compte dans la constitution des focus groups. Dans la recherche présente, il est important de savoir que les hommes semblent avoir plus souvent une image de négative de la police que les femmes. Guillaume Roux a ainsi constitué des focus groups uniquement composés d’hommes et selon leur racialisation : des groupes constitués de personnes blanches, d’autres de personnes noires, et d’autres de personnes maghrébines. Une autre variable a été déterminante : le fait d’être membre d’un quartier populaire – le quartier étant ici celui de la Villeneuve, à Grenoble (Isère) – ou d’en être extérieur. L’objectif de la constitution de ces groupes était donc de susciter des identifications collectives dans des groupes racialisés afin de comprendre comment ces identifications pouvaient modifier le rapport à la police des uns et des autres.

Le déroulé du focus group varie selon les sujets d’enquête. Il est nécessaire de trouver des sujets ou des activités permettant de faire débattre les gens entre eux. L’animateur a pour rôle de recadrer la discussion entre les différents individus. Dans le cadre de cette recherche, des vidéos de contrôles musclés ont par exemple été diffusées aux individus afin de voir leur réaction et les débats, les remarques qui en ressortent dans un contexte collectif.

Limites méthodologiques

Avec la méthode des focus groups, la question de la représentativité n’est pas mise en avant, ce qui représente une limite pour généraliser des résultats. De plus, dans les enquêtes par entretien par exemple, arrive souvent un effet de saturation lorsqu’un certain nombre de personnes a été questionné. Cet effet de saturation permet alors d’identifier les grands types de discours sur un même sujet. La méthode des focus groups ne permet pas d’atteindre cet effet de saturation, et les individus présents s’expriment moins longuement que lors d’un entretien. Ainsi, pour Guillaume Roux, le focus group est surtout une méthode exploratoire. Il est donc toujours pertinent de croiser les méthodes, afin de rendre les résultats obtenus d’autant plus pertinents. Le focus group est une étape de l’enquête qui se mêle aux autres méthodes utilisées.

Aussi, la méthode des focus groups est assez lourde dans son déroulée. Elle demande de réunir plusieurs personnes en un même lieu, durant un certain temps, ce qui est assez compliqué. Il existe d’ailleurs des biais durant ces séances. Par exemple, certains individus peuvent prendre le dessus et imposer leur point de vue sur un sujet. Ces situations permettent tout de même de nourrir l’analyse en observant l’établissement des rapports de forces dans un groupe constitué et la façon dont ceux-ci opèrent. Même si ce type de situation peut sembler être une limite majeure à la méthode, elle devient rapidement une force, selon l’analyse qui en ressort.

Un nouveau parcours de sociologie : Sociétés contemporaines à l’ère du numérique (master)

A la rentrée de septembre 2021, le parcours de sociologie SIRS (Sociologie de l’innovation et des recompositions sociales, Master Sciences sociales, UGA) se transforme et devient SCEN : Sociétés contemporaines à l’ère du numérique.

Parcours de sociologie généraliste, attentif aux transformations de la société contemporaine (dans la sphère du travail, de la culture, de la science, de la santé…) et notamment aux enjeux liés aux usages des outils numériques

Il propose une formation poussée aux méthodes d’enquêtes : 2 ateliers méthodologiques par semestre (méthodes “qualitatives”, traitement des données quantitatives, des sources documentaires, des données issus du web…). La formation donne une large place à l’initiation pratique aux différentes formes différentes d’enquête et d’analyse des données. Chaque année est également marquée par la réalisation d’un mémoire de recherche.

Il propose une orientation “professionnalisation” orientée vers les métiers de l’étude (chargé d’étude) et une orientation “recherche” tournée vers l’accès au doctorat de sociologie.

Plus d’informations sur le site de l’UFR SHS de l’UGA


Programme des enseignements (sous réserve de vote au sein de l’UGA)

Master 1 Semestre 1

UE1 : Sociétés contemporaines
Sociologie du numérique 1 : domaines et perspectives
Au choix (2 sur 3) :
Sociologie du travail et des organisations à l’ère du numérique
Socio-anthropologie de la santé
Famille et solidarités

UE 2 : Méthodes d’enquête
Atelier méthodologique I : Méthodes quantitatives en sociologie (1)
Atelier méthodologique II : Méthodes qualitatives en sociologie (1)
Séminaire méthodologique

UE 3: Professionnalisation
Enquête collective
Environnement et pratique de l’enquête
Découverte des métiers de l’étude

Master 1 Semestre 2

UE1 : Sociétés contemporaines
Sociologie du numérique 2 : fractures et inégalités
Nouvelles formes de participation citoyenne et politique
Ouverture (1 au choix) :
Évaluation des politiques publiques
Démographie et politiques sociales
ETC ou cours hors composante

UE 2 : Méthodes d’enquête
Atelier méthodologique III : Méthodes quantitatives en sociologie (2)
Atelier méthodologique IV : Méthodes qualitatives en sociologie (2)– Sources documentaires
Séminaire méthodologique
Anglais

UE 3 : Professionnalisation
1 choix parmi les trois options :
UE 3.1 – Enquête et expertise
Projet tuteuré ou stage
Conduite de réunions et animation de groupe
Mémoire
UE 3.2 – Enquête et savoirs
Socialisation à la recherche
Conduite de réunions et animation de groupe
Mémoire
UE 3.3 – Thematic Program : STEEN
Projet de recherche pluridisciplinaire
Winter / Summer School
Mémoire

Master 2 Semestre 1

UE1 : Sociétés contemporaines
Sociologie du numérique 3 : sociabilité
Formes contemporaines de la culture
Sciences et techniques à l’ère du numérique

UE 2 : Méthodes d’enquête
Atelier méthodologique V : Analyse du web
Atelier méthodologique VI : observation in situ
Séminaire méthodologique
Construction sociale des catégories

UE 3 : Professionnalisation
Posture professionnelle et suivi de stage
Analyse organisationnelle et institutionnelle
Anglais (1 au choix) : Gender Studies ou Anglais

Master 2 Semestre 2

UE 1 : Méthodes d’enquête
Atelier méthodologique VII : cartographie
Atelier méthodologique VIII : focus group
Séminaire méthodologique
Épistémologie des sciences sociales
Enseignement optionnel : Économie sociale et solidaire

UE 2 : Professionnalisation
Socialisation à la recherche
1 choix parmi les trois :
UE.2.1. Enquête et expertise
Stage + Mémoire
UE 2.2 Enquête et savoirs
Stage + Mémoire
UE 2.3 Thematic Program : STEEN
mémoire + projet pluridisciplinaire + Winter / Summer School

Séminaire “Questions de méthodes” – Programme 2020-2021

Le cycle de séminaires « Questions de méthode » est organisé et animé par les étudiant-e-s et les enseignant-e-s du parcours de sociologie du master de Sciences Sociales de l’Université Grenoble Alpes (Sociologie de l’innovation et des recompositions sociales – SIRS). Il contribue à la formation méthodologique des étudiants par l’invitation de sociologues, enseignants-chercheurs ou chercheurs, à venir présenter et discuter leurs travaux. Il donne l’occasion d’entrer dans les coulisses de la production de connaissances, de mettre à la discussion des enjeux et des difficultés rencontrées sur des terrains de recherche variés ou des techniques et des manières de faire expérimentées par les invitées.

Organisation : Anne-Sophie Béliard, Julien Bertrand, Marie-Laure Guilland

Séance 1 :  Guillaume Roux, Chargé de recherche FNSP, Laboratoire Pacte

« Police et “identités” ethno-raciales. Questions de méthode »

Jeudi 04 février 2021, 16h30-18h30

Séance 2 : Muriel Mille, Maîtresse de conférence à l’Université Versailles Saint-Quentin, Laboratoire Printemps

« Une sociologue en coulisses. Observer le travail de fabrication de la fiction télévisée »

Jeudi 04 mars 2021, 17h-18h30

Séance 3 :  Karine Gatelier, Chargée d’action recherche, Modus Operandi

« Modus Operandi pour une recherche transformatrice »Jeudi 25 mars 2021, 16h-18h

Séance 4 : Marine Bourgeois, Maîtresse de conférences en science politique, Sciences Po Grenoble, Laboratoire PACTE

« Quand les données deviennent sensibles. Ethnographier les discriminations dans l’accès au logement social » 

Jeudi 15 avril, 16h-18h

Plaidoyer pour l’ethnographie collective

Compte-rendu de la séance du séminaire “Questions de méthode” avec Gilles Laferté (21 janvier 2020).

Réalisé par Manon Allibe et Amos Fleurime, étudiant-e-s du master SIRS

Gilles Laferté est directeur de recherche en sociologie à Dijon à l’INRA et plus précisément au sein de l’équipe CESAER qui est le Centre d’Economie et de Sociologie Rurales Appliquées à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux. Ses domaines de recherches concernent la :

  • Sociologie des appartenances territoriales
  • Sociologie des mondes ruraux
  • Sociologie et ethnographie économique
  • Sociologie des élites et des pouvoirs locaux.
  • Méthodologie (ethnographie et archives), Histoire sociale des sciences sociales
  • Sociologie des agriculteurs

Outre que la publication de sa thèse qui porte l’intitulé La Bourgogne et ses vins, image d’origine contrôlée, il a aussi publié les ouvrages suivants : L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers, Le laboratoire des sciences sociales (avec Paul Pasquali et Nicolas Renahy), Mondes ruraux et classes sociales (livre dirigé avec Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahy).

Son intervention du 21 janvier portait sur son travail autour de l’expérience collective, notamment à travers son article.

Retour sur trois expériences de terrain

La réflexion de Gilles Laferté n’est pas purement épistémologique. Elle s’inscrit également dans une démarche réflexive qui trouve sa racine dans les expériences qu’il a vécues en tant que stagiaire, doctorant et coordinateur d’équipe de recherche sur le terrain. Et, dans son article parue en 2016, « Enquêtes collectives Retours d’expériences. Plaidoyer pour l’ethnographie collective », il revient sur les trois expériences de terrain qui lui ont permis de construire, en fait, son approche d’enquête collective.

– La première expérience a eu lieu à Meaux en 1998. C’était un stage de terrain dirigé par Stéphane Beaud et Florence Weber. A cette époque, il n’était qu’étudiant de l’École Normale Supérieure ;

– La deuxième expérience à Lens entre 2001 et 2006, a été un travail secondaire à sa thèse à partir d’un terrain commun avec d’autres doctorants ;

– La troisième expérience s’est déroulé en territoire germanois (c’est un nom anonyme) entre 2007 et 2015 où Gilles a fait un travail collectif avec des collègues de l’INRA (ancien nom de l’INRAE) autour d’un site collectif.

Ces trois terrains ont permis à Gilles Laferté de voir les contraintes qu’une expérience collective engendre, et c’est à travers une analyse réflexive que le texte invite à tirer des leçons et mesurer les gains d’une telle pratique collective.

L’abandon de la croyance du savant omniscient et le manque de modèle de sciences sociales en recherche collectives

Pour Gilles Laferté, un chercheur n’a pas à sa disposition tout un panel d’outils pour réaliser des enquêtes de terrain, ce que nous savons nous vient d’une socialisation orientée, notamment par les professeurs. Gilles a conscience de sa formation spécifique en ethnographie : prendre conscience de sa trajectoire est une première façon de replacer son travail et se remettre en question. Tout travail en sciences sociales est situé, à partir des courants de recherches, des outils qui nous sont enseignés, des types de sciences, des espaces étudiés, etc. L’importance de replacer sa place de chercheur permet de contextualiser l’information qui ressort du terrain (comment les données ont été récoltées par exemple).

Au moment où Gilles Laferté fait ses études, il n’y a pas beaucoup d’exemples de travaux collectifs, les étudiants ne peuvent donc pas se baser sur des modèles préexistants. Pourtant, les enseignements qui pouvaient être proposés étaient faits collectivement : le premier terrain collectif de Gilles a été proposé par ses professeurs autour d’un programme collectif, sous forme de stage de terrain.

Les stages de terrain comme manière d’enseigner l’ethnographie

Les stages empirique en ethnographie se sont développés dans la pratique de terrain et ont été particulièrement mis en avant dans les études de Gilles : sa première expérience de terrain collectif s’inscrit dans ce cadre, accompagné d’une « festivité estudiantine » et d’un cadrage des professeurs. Le grand avantage de cette enquête a été la collecte de données : toutes les données sont partagées, chacun pouvait donc reprendre d’ancien travaux (des étudiants d’années précédentes) ou avoir des données à partir des collègues (de manière plutôt informelle). Le regret de Gilles sur cette expérience est qu’il n’y a pas eu de publication ou de rapport sur ce travail de terrain, malgré toutes les données recueillies, puisque le terrain était vraiment pensé comme un travail pédagogique.

Une nouvelle vision du collectif

Le second terrain collectif de Gilles s’est créé à la suite d’un séminaire où des étudiants de la première expérience pédagogique, devenus doctorants, se sont retrouvés pour continuer à travailler collectivement. Toujours sans guide concret de recherche collectives, l’idée était de reprendre les bases en se concentrant beaucoup plus sur le collectif, notamment avec d’autres étudiants de master. Le terrain était collectif, sur des périodes d’une semaine où tous se retrouvaient pour des recherches communes, et, les observations et données étaient partagées. Avec du recul, Gilles qualifierai plutôt cette manière de procéder comme une « descente ethnographique coup de poing » d’étudiants sur un laps de temps. L’accumulation de données a quand même pu se faire grâce à une longue période d’enquête de 5 ans. La grande difficulté de ce terrain (Lens) a été d’appréhender l’objet comme un « individu-équipe » où le sociologue qui fait son terrain de son côté disparaît et où tout était partagé et mis en commun. Pour Gilles, cette expérience fut d’un « amateurisme mortel » car il n’y a pas eu de réflexivité et d’utilisation d’outils sur ces données recueillies et sur le travail produit, ce qui a donné beaucoup de tensions et d’incompréhensions, notamment lorsque certains ont commencé à publier personnellement sur le sujet tandis qu’un projet en commun de publication était envisagé.  

La mise en place d’une ethnographie collective qui fonctionne

Le troisième terrain de Gilles Laferté, où cette fois des jeunes chercheurs choisissent de faire de l’ethnographie collective sur un terrain commun, se détache des deux autres expériences qu’il a eu. Cette nouvelle recherche se caractérise par un grand accès aux archives qui sera l’un des éléments centraux du travail de Gilles (notamment en ce qui concerne l’articulation passé/présent à travers les cahiers de recherches et compte rendu d’entretiens de recherches précédentes), une cumulativité des données (toutes les données sont partagées entre les chercheurs de l’enquête) et un échange avec les personnes travaillant sur ce terrain collectif (discussions de groupe, réflexivité sur les données recueillis et conseils pour avancer sur la recherche). Pour ce travail collectif, un agenda de terrain a été mis en place où chacun devait remplir de façon systématique des renseignements sur les données recueillies (par exemple le nom de la personne d’un entretien). Tout comme sur les autres terrains, Gilles Laferté note des faiblesses dans ce travail collectif comme la trop faible mutualisation des données car le partage n’était pas assez systématique, un manque de croisement sociologique entre les données des uns et des autres ou encore une recherche trop monographique car la recherche a été trop limités à certains faits sociaux et Gilles pense qu’il aurait été profitable de remonter vers les institutions pour avoir plus d’informations.  

Conclusion

Gilles Laferté, durant son séminaire et aussi dans son article, nous a permis de saisir, une fois de plus l’importance de la réflexivité dans un travail de recherche qui, toutefois, ne se résume pas uniquement à une récapitulation des différentes moments d’une étude. Bien au contraire. La réflexivité est la phase par laquelle, le chercheur tout en faisant un retour d’expériences d’enquête, profite pour proposer d’une nouvelle démarche méthodologique comme l’a également fait la sociologue Muriel Darmon dans son article ayant pour titre Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain.

Enfin, le séminaire de Gilles Laferté nous a permis également de mieux cerner l’aspect de l’ethnographie collective. Étant des jeunes sociologues, appelés ultérieurement à travailler en équipe [en tant que chercheur ou en tant que des professionnels], nous pensons que l’application d’une pareille approche nous permettrait de saisir de manière profonde un phénomène propre à un milieu social. Par la liberté accordée à chaque enquêteur d’une même équipe de choisir une entrée distincte sur le terrain, cette approche permet de constituer facilement une structure sociale. Toutefois, il nous incombe la responsabilité de trouver une formule adéquate pour la mutualisation de données qui est souvent sujette à des controverses.

“L’école qui classe. 530 élèves du primaire au bac”

Compte-rendu du séminaire “Questions de méthode” avec Joanie Cayouette-Remblière (INED).

Compte-rendu réalisé par Elhadji Wade, étudiant du master Sciences Sociales -SIRS

Joanie Cayouette-Remblière est sociologue chercheuse à i’institut national d’études démographiques (INED).  Elle s’intéresse essentiellement aux thématiques d’inégalités de réussite et d’orientation scolaires, de statistiques ethnographiques et articulation des méthodes. Elle a publié, en 2016, L’école qui classe, 530 élèves du primaire au bac, ouvrage réalisé à partir de son enquête de terrain de thèse. Dans cet ouvrage, l’auteure propose une étude des trajectoires scolaires d’élèves issus de la classe populaire par le biais d’une articulation de méthodes combinant la construction d’une statistique ethnographique par l’analyse de dossiers scolaires et des entretiens ethnographiques.

  • L’école qui classe, 530 élèves du primaire au bac” : trajectoires scolaires des élèves de classes populaires au début du XXIème siècle

Lors de ce séminaire, Joanie Cayouette-Remblière nous a présenté les résultats d’une enquête menée auprès de deux cohortes d’élèves suivies de la fin du primaire jusqu’à l’éventuel accès au baccalauréat. Elle part de la question suivante : Comment comprendre la persistance des inégalités scolaires et quels effets sociaux produisent les changements récents dans le système éducatif français ? S’intéressant à une population d’enquête de 530 élèves, elle montre le rapport paradoxal qu’entretiennent ces enfants de classe populaire avec l’école. Les trajectoires scolaires de ces élèves sont le plus souvent heurtées, non linéaires, irrégulières. Elles ne sont placées ni sous le signe de l’excellence, ni sous celui de l’échec scolaire.

  • Apports méthodologiques : combinaison de méthodes à partir d’un matériau composé de dossiers scolaires et d’entretiens ethnographiques.

Au-delà des résultats très intéressants présentés par Joanie Cayouette-Remblière et de leur grand intérêt dans l’analyse des inégalités scolaires, le séminaire a permis de discuter de questions de méthodes. La sociologue a ainsi consacré une bonne partie de son exposé à sa méthodologie d’enquête. Son approche méthodologique est assez originale dans la mesure où elle permet de trianguler la statistique et l’ethnographique. Elle a travaillé sur des matériaux produits par l’institution scolaire à travers en exploitant des données issues des dossiers scolaires de 530 élèves.

En soulignant l’importance de la négociation et en effectuant un travail de réflexivité sur les données issues des dossiers scolaires, Joanie Cayouette-Remblière a construit une base de données conséquente qui permet, qui plus est, de faire parallèlement des lectures quantitatives et qualitatives de données de première main issues d’archives. Ce séminaire a ainsi était l’occasion de se faire une idée claire sur la possibilité d’effectuer une recherche en sociologie par le biais d’une enquête alliant méthodes et démarche quantitatives et méthodes et démarche qualitatives. Cela est d’autant plus intéressant que ces deux perspectives de recherche en sociologie ont pendant longtemps été présentées comme opposées. A travers ce cas d’étude pratique sur l’analyse des inégalités scolaires, la sociologue nous permet de voir comment le savoir-faire et la minutie propres à la démarche ethnographique peuvent être combinés à la précision de la démarche statistique.

Il est également intéressant d’appréhender l’originalité de cette démarche d’enquête parce qu’elle permet d’analyser des données qui ne sont pas produites par le chercheur mais par une institution. Ce qui permet également de porter un regard sur le point de vue que l’institution adopte pour décrire les élèves et d’un point de vue général sur la validité des données institutionnelles ou administratives dans l’analyse sociologique. Nous avons pu voir lors de ce séminaire que l’exploitation de données de première main, non produites par le chercheur, pouvait constituer un matériau d’analyse déterminant qui permettrait d’accéder à des informations a priori inaccessibles dans le cadre d’un entretien ethnographique par exemple.

Par ailleurs, le séminaire nous a permis de considérer la faisabilité d’une étude sociologique par une approche longitudinale de l’objet. En effet, en analysant les trajectoires scolaires d’élèves issus de classe populaire, Joanie Cayouette-Remblière s’est intéressée aux parcours scolaires de 530 élèves du primaire au bac, environ sept (7) à neuf (9) années d’études. C’est sans doute l’un des grands apports de l’exploitation des données issues des dossiers scolaires.

Conclusion

L’intervention de Joanie Cayouette-Remblière, deuxième d’une série de séminaires méthodologiques autour de « questions de méthode », nous a permis d’appréhender la possibilité d’une triangulation des méthodes sociologiques dans le cadre d’une étude longitudinale. Par une analyse de données de première main, non produites par le chercheur, la démarche présentée par la chercheuse offre un bon moyen de rompre avec le sens commun. Elle permet également de limiter l’usage excessif de la statistique ou l’ancrage réductif à l’ethnographie.

Mener un entretien sur la sexualité : positionnements, méthodes et outils pour accéder à l’intime

Séance du séminaire “Questions de méthode”, intervention de Cécile Thomé, Jeudi 19 décembre, 16h30-18h30 (Bâtiment Michel Dubois, B 102)

Compte-rendu de séance réalisé par Matthieu Bernis, Stéphane Bossi et Charlotte Salzard (étudiant-e-s du master Sciences Sociales -Parcours SIRS)

Cécile Thomé est docteure en sociologie, spécialiste de sociologie du genre, de la sexualité et de la contraception. Elle est l’auteure d’une thèse intitulée “La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010)”, soutenue à l’EHESS en novembre 2019 et qui porte sur l’articulation entre contraception et sexualité en France, à la fois dans une perspective historique et d’un point de vue contemporain.

Le texte “Faire parler les silences. Mener et analyser un entretien biographique sur la sexualité” porte sur l’approche méthodologique adoptée par l’auteure durant sa recherche de doctorat.

Accéder au terrain : réflexions sur le recrutement des enquêtés

Un des points centraux dans la méthodologie de Cécile Thomé  a été le recrutement, puisque trouver des enquêtés sur le thème de la sexualité et de la contraception pose des difficultés : le rapport à ces questions est très personnel, mais dépend aussi de variables comme la génération et le sexe des enquêtés. Ainsi, notre chercheuse a montré comment elle déployé diverses stratégies afin d’obtenir des entretiens avec les profils dont elle avait besoin pour son enquête. 

Si l’utilisation des contacts personnels permet d’obtenir un certain nombre d’entretiens, cette technique est très vite limitée, et Cécile Thomé nous a montré qu’il faut être innovant et surtout diversifier les techniques pour trouver celles qui fonctionnent. Elle a d’abord tenté des entrées institutionnelles (maisons de retraite pour les plus âgés, planning familial, etc.), puis a choisi d’utiliser internet en postant des messages sur des forums ou sur les réseaux sociaux. 

La manière de présenter l’enquête dans sa méthode de recrutement peut jouer grandement sur le public qui va y être réceptif. Ainsi, elle a dû présenter son enquête de deux manières différentes : une fois en recherchant des personnes pour une enquête sur la “contraception”, où seulement des femmes ont répondu, et une autre fois en utilisant le terme “préservatif”, ce qui a incité des hommes à participer à l’enquête.

Un éclairage intéressant sur le sentiment de sécurité de l’enquêteur

Cécile Thomé a tenu à nous faire part d’un point important : le sentiment de sécurité. D’abord, elle déclare avoir toujours été une “bonne élève”, c’est à dire qu’elle a suivi les recommandations de ses professeurs et privilégié les entretiens au domicile des enquêtés, de façon à réduire la distance qu’il peut y avoir entre elle et eux. Cependant, Cécile Thomé s’est rapidement rendue compte que cette situation pouvait la mettre mal à l’aise et parfois même provoquer un sentiment d’inquiétude. Parler avec des hommes de leur sexualité, chez eux, parfois tard le soir, est quelque chose qui peut légitimement mettre à mal son sentiment de sécurité, qui doit pourtant passer avant la rigueur académique ou plus simplement “le désir de bien faire”. Cécile Thomé insiste : “Vous avez le droit d’avoir peur, vous avez le droit d’adapter votre méthodologie parce que vous avez peur”.

Ainsi, après plusieurs entretiens à domicile qui ne sont pas bien passés (l’enquêté est à la limite de la drague, il est incommodant, ou plus simplement ne prend pas au sérieux l’entretien), Cécile Thomé décide de continuer d’interroger les femmes chez elles mais de convoquer les hommes à son bureau à l’ENS. Le contexte universitaire, dit-elle, permet de renforcer le sérieux de l’enquête et décourage les dépassements. 

Lors de la conférence, cette petite parenthèse nous a marqué pour deux raisons : d’abord parce qu’il lui tenait manifestement à coeur de nous parler des difficultés qu’elle avait rencontrées dans ce cadre, ensuite parce que nous n’avions pas ou peu eu l’occasion de voir comment une enquête pouvait nous atteindre personnellement et voir dans ce cas sa méthodologie adaptée.

Entrer dans l’intime, faire parler les enquêtés sur des sujets délicats

La thématique de l’entrée dans l’intimité des enquêtés a été longuement développée par Cécile Thomé, qui nous a présenté les points principaux de la méthodologie qu’elle a employée pour mener des entretiens biographiques sur la sexualité.

Une mise en contexte progressive est essentielle pour faire parler les enquêtés de leur intimité :  l’entretien aborde dans un premier temps leur vie sentimentale, avant de les faire parler de leurs pratiques contraceptives, pour aborder enfin le sujet de leurs pratiques sexuelles. 

Cécile Thomé nous a expliqué ainsi l’importance pour le chercheur de laisser les enquêtés construire leur récit sans les brusquer, afin de laisser la relation de confiance entre l’enquêteur et l’enquêté se développer avant de demander des détails et de poser des questions plus précises concernant les pratiques sexuelles.

Pour l’enquêteur, cette démarche progressive permet de distinguer le récit principal “normé et normatif” et le récit secondaire, la “vérité” des pratiques, qui apparaît dans un deuxième temps dans l’entretien. Cela lui permet également de détecter le champ lexical mobilisé par les enquêtés dans leur discours, afin d’aligner son propre vocabulaire sur celui de ces derniers, et de les mettre ainsi plus à l’aise pour parler de leurs pratiques intimes.

Enfin, Cécile Thomé nous a expliqué l’importance des relances dans les entretiens pour extraire les informations des discours. Ces relances permettent de révéler et questionner les “distorsions” entre discours et pratiques, mais doivent être maniées avec intelligence, afin de ne pas faire perdre la face à l’enquêté qu’on interroge sur ses contradictions.

Conclusion

Cette conférence, première du cycle “questions de méthodologie” nous a montré que l’intime un sujet qui peut justement souligner la manière dont notre genre est à prendre en compte dans la construction d’une problématique et la réalisation d’une enquête. Nous ne voyons pas les mêmes choses, en effet, selon notre sexe, nous n’avons pas accès aux mêmes informations et nous ne courrons pas les mêmes risques. Cécile Thomé aborde l’importance du recul réflexif du chercheur avec une simplicité et une sincérité qui a rendu cet exposé méthodologique très enrichissant pour des étudiantes et des étudiants sur le point d’attaquer leur propre enquête.

Conférence : Thomas Piketty

Une conférence du Master de sciences sociales de l’université Grenoble Alpes

en partenariat avec PACTE et le Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG)

THOMAS PIKETTY

Capital et Idéologie

Jeudi 3 octobre 2019 10h-12h

Amphithéâtre du Bâtiment Michel Dubois (ex-BSHM)

Dans le cadre de cette conférence, Thomas Piketty présentera son nouvel ouvrage, Capital et idéologie, aux étudiant.e.s du Master de sciences sociales de l’Université Grenoble Alpes. Cette présentation sera suivie d’une discussion avec les étudiant.e.s. Le public de cette conférence est restreint aux étudiant.e.s des trois parcours du Master de sciences sociales, aux enseignant.e.s du Master, et aux enseignant.e.s et chercheur.e.s en économie et en sociologie de l’Université Grenoble Alpes.

Six ans après Le Capital au XXIe siècle, L’économiste Thomas Piketty vient de publier un nouvel ouvrage extrêmement ambitieux, intitulé Capital et Idéologie. Il y prolonge et y approfondit l’étude économique et historique des inégalités qui traverse toute son œuvre scientifique, depuis Les Hauts Revenus en France au XXe siècle (2001) jusqu’au succès planétaire du Capital au XXIe siècle (2013), traduit en 40 langues et vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires. En reliant histoire économique et histoire politique, et à partir de données d’une ampleur inédite, Thomas Piketty entreprend de montrer comment se sont construites, développées et transformées, tout au long de l’histoire, les idéologies qui justifient à chaque époque l’existence des inégalités.

Pour en savoir plus sur l’ouvrage de Thomas Piketty, préparer cette conférence et la discussion qui suivra, vous pouvez consulter :

La présentation, le sommaire et l’introduction du livre sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/ouvrage/capital-et-ideologie-thomas-piketty/9782021338041

Les données et les graphiques de l’ouvrages sur le site personnel de Thomas Piketty : http://piketty.pse.ens.fr/ideologie

Sur Médiapart Live, un entretien en vidéo de 90 minutes avec Joseph Confavreux et la rédaction de Médiapart : https://www.youtube.com/watch?v=FS0gPg8AxaQ