“L’école qui classe. 530 élèves du primaire au bac”

Compte-rendu du séminaire “Questions de méthode” avec Joanie Cayouette-Remblière (INED).

Compte-rendu réalisé par Elhadji Wade, étudiant du master Sciences Sociales -SIRS

Joanie Cayouette-Remblière est sociologue chercheuse à i’institut national d’études démographiques (INED).  Elle s’intéresse essentiellement aux thématiques d’inégalités de réussite et d’orientation scolaires, de statistiques ethnographiques et articulation des méthodes. Elle a publié, en 2016, L’école qui classe, 530 élèves du primaire au bac, ouvrage réalisé à partir de son enquête de terrain de thèse. Dans cet ouvrage, l’auteure propose une étude des trajectoires scolaires d’élèves issus de la classe populaire par le biais d’une articulation de méthodes combinant la construction d’une statistique ethnographique par l’analyse de dossiers scolaires et des entretiens ethnographiques.

  • L’école qui classe, 530 élèves du primaire au bac” : trajectoires scolaires des élèves de classes populaires au début du XXIème siècle

Lors de ce séminaire, Joanie Cayouette-Remblière nous a présenté les résultats d’une enquête menée auprès de deux cohortes d’élèves suivies de la fin du primaire jusqu’à l’éventuel accès au baccalauréat. Elle part de la question suivante : Comment comprendre la persistance des inégalités scolaires et quels effets sociaux produisent les changements récents dans le système éducatif français ? S’intéressant à une population d’enquête de 530 élèves, elle montre le rapport paradoxal qu’entretiennent ces enfants de classe populaire avec l’école. Les trajectoires scolaires de ces élèves sont le plus souvent heurtées, non linéaires, irrégulières. Elles ne sont placées ni sous le signe de l’excellence, ni sous celui de l’échec scolaire.

  • Apports méthodologiques : combinaison de méthodes à partir d’un matériau composé de dossiers scolaires et d’entretiens ethnographiques.

Au-delà des résultats très intéressants présentés par Joanie Cayouette-Remblière et de leur grand intérêt dans l’analyse des inégalités scolaires, le séminaire a permis de discuter de questions de méthodes. La sociologue a ainsi consacré une bonne partie de son exposé à sa méthodologie d’enquête. Son approche méthodologique est assez originale dans la mesure où elle permet de trianguler la statistique et l’ethnographique. Elle a travaillé sur des matériaux produits par l’institution scolaire à travers en exploitant des données issues des dossiers scolaires de 530 élèves.

En soulignant l’importance de la négociation et en effectuant un travail de réflexivité sur les données issues des dossiers scolaires, Joanie Cayouette-Remblière a construit une base de données conséquente qui permet, qui plus est, de faire parallèlement des lectures quantitatives et qualitatives de données de première main issues d’archives. Ce séminaire a ainsi était l’occasion de se faire une idée claire sur la possibilité d’effectuer une recherche en sociologie par le biais d’une enquête alliant méthodes et démarche quantitatives et méthodes et démarche qualitatives. Cela est d’autant plus intéressant que ces deux perspectives de recherche en sociologie ont pendant longtemps été présentées comme opposées. A travers ce cas d’étude pratique sur l’analyse des inégalités scolaires, la sociologue nous permet de voir comment le savoir-faire et la minutie propres à la démarche ethnographique peuvent être combinés à la précision de la démarche statistique.

Il est également intéressant d’appréhender l’originalité de cette démarche d’enquête parce qu’elle permet d’analyser des données qui ne sont pas produites par le chercheur mais par une institution. Ce qui permet également de porter un regard sur le point de vue que l’institution adopte pour décrire les élèves et d’un point de vue général sur la validité des données institutionnelles ou administratives dans l’analyse sociologique. Nous avons pu voir lors de ce séminaire que l’exploitation de données de première main, non produites par le chercheur, pouvait constituer un matériau d’analyse déterminant qui permettrait d’accéder à des informations a priori inaccessibles dans le cadre d’un entretien ethnographique par exemple.

Par ailleurs, le séminaire nous a permis de considérer la faisabilité d’une étude sociologique par une approche longitudinale de l’objet. En effet, en analysant les trajectoires scolaires d’élèves issus de classe populaire, Joanie Cayouette-Remblière s’est intéressée aux parcours scolaires de 530 élèves du primaire au bac, environ sept (7) à neuf (9) années d’études. C’est sans doute l’un des grands apports de l’exploitation des données issues des dossiers scolaires.

Conclusion

L’intervention de Joanie Cayouette-Remblière, deuxième d’une série de séminaires méthodologiques autour de « questions de méthode », nous a permis d’appréhender la possibilité d’une triangulation des méthodes sociologiques dans le cadre d’une étude longitudinale. Par une analyse de données de première main, non produites par le chercheur, la démarche présentée par la chercheuse offre un bon moyen de rompre avec le sens commun. Elle permet également de limiter l’usage excessif de la statistique ou l’ancrage réductif à l’ethnographie.