Police et “identités” ethno-raciales. Questions de méthode. Guillaume Roux

Compte-rendu de la séance de séminaire du 4 février 2021 – réalisé par Naëlle Riccone (M1 SIRS)

Guillaume Roux est chercheur en sociologie et étudie les thèmes relatifs à la racialisation, les identités ethniques, l’action publique, les banlieues, les phénomènes de politisation, les conflits entre les groupes « minoritaires » et les policiers, l’épistémologie politique, et d’autres domaines en lien avec ceux-ci. Guillaume Roux nous parle des phénomènes de discrimination et des quartiers populaires, et de la méthode des focus groups mobilisées pour investir ce sujet.

A propos

L’étude de Guillaume Roux porte donc sur les phénomènes de racisme et de xénophobie en tant que disposition individuelle, en questionnant le fondement même du racisme, et les raisons pour lesquelles certains individus, au sein d’une même société, sont racistes et d’autres non. Cette approche a l’avantage de ne pas négliger l’historicité de ces phénomènes, en démontrant que le rejet de groupes minoritaires dépend des contextes et varie selon les époques (par exemple, suite à la seconde Guerre Mondiale, beaucoup d’individus se déclaraient ouvertement antisémites, ce qui est aujourd’hui considéré comme marginal). Guillaume Roux tend à questionner comment les phénomènes qu’il étudie sont le produit de rapports de force et de pouvoir. Il est ainsi important de rester attentif aux rapports de force entre les groupes, entre les individus mettant en place des actions, et les individus résistants à ces actions.

Étudier les minorités

La recherche ici traitée porte sur les rapports des individus ordinaires à la police : comment le rapport à la police peut être relié à des identités ou des identifications raciales ou ethno-raciales. Plus précisément, comment se construisent les catégories identitaires de « nous » contre « eux ». Il faut ainsi se demander si la police est perçue au prisme de ces identifications. Guillaume Roux questionne comment le rapport à la police alimente les catégories racialisantes. En effet, le rapport à la police suscite des assignations raciales, comme par exemple lorsque l’on peut entendre que « ce sont toujours les mêmes qui se font contrôler par la police » : cette perspective renvoie à des groupes ethnoraciaux.

Zoom sur l’identité

La notion d’identité est à mettre en guillemets. En général, il est préférable de parler d’« identification » pour insister sur le côté processuel et contingent de cette notion, c’est-à-dire sur l’importance du contexte dans la définition de l’identification. La notion d’identification permet d’accentuer le fait que l’identité est plus ou moins saillante selon les contextes, et que nous ne sommes pas conscients en permanence de qui nous sommes : l’identité se construit en rapport avec les différents contextes.

Choisir une méthodologie adaptée

Il est important de distinguer l’honnêteté et la neutralité axiologique des chercheurs face à ce qu’ils observent. En effet, Guillaume Roux reconnait que l’attrait pour un sujet peut être issu d’une forme de militantisme ou d’engagement de la part du chercheur. Cela comporte des limites, et plusieurs effets indésirables ressortent, comme le fait de camoufler des résultats qui n’iraient pas dans le sens de ce que pense le chercheur. Pour Guillaume Roux, il faut distinguer les motivations des chercheurs, leurs préférences politiques et leurs affinités avec les sujets investigués. Etudier un sujet en ayant des motivations militantes n’est pas néfaste, mais il est dès lors fondamental d’objectiver les résultats.

Ce sont justement les méthodes en sciences sociales qui doivent permettre l’objectivation des faits sociaux. Elles permettent d’étudier des faits sociaux en restant neutre face aux résultats obtenus malgré le positionnement politique du chercheur. Les méthodes tendent donc à objectiver des résultats et appuyer, si ce n’est valider, les conclusions obtenues.

La notion de « race »

La notion de « race » fait polémique dans le monde académique, et est accusée de diviser les individus sur une base raciale. En sociologie, cette notion est une construction sociale, et elle est étudiée en tant que catégorie mentale. De fait, cette notion existe dans l’esprit des individus mais n’existe pas en soi : il n’y a pas de race en biologie. Cette notion est mobilisée par Guillaume Roux pour simplifier la compréhension des recherches, malgré le grand nombre d’argument justifiant le fait qu’il est préférable de ne pas utiliser cette notion.

Les focus groups

Guillaume Roux utilise la méthode des focus groups dans son étude. Comme dans toutes les enquêtes, plusieurs solutions sont possibles pour investir le terrain. Si les focus group (ou entretiens collectifs) ont été retenus pour cette enquête, c’est parce que ceux-ci permettent aux individus enquêtés de s’identifier vis-à-vis de l’autre. La conscience de soi-même n’est pas omniprésente à chaque moment de la journée, mais elle se réactive en contact avec d’autres personnes, identifiées comme appartenant à notre « groupe ». Ainsi, visualiser les interactions entre les individus permet de cerner les stratégies mises en places par ceux-ci pour mobiliser – ou non – des identités collectives, dans un contexte de groupement.

Le fait d’être placé dans une situation de groupe permet l’expression d’une identification collective. Les focus groups ont été construits à cette fin, afin de cerner les rapports des individus face à la police et la façon dont l’identification collective à un groupe influence ces rapports.

Plusieurs variables déterminantes sont à prendre en compte dans la constitution des focus groups. Dans la recherche présente, il est important de savoir que les hommes semblent avoir plus souvent une image de négative de la police que les femmes. Guillaume Roux a ainsi constitué des focus groups uniquement composés d’hommes et selon leur racialisation : des groupes constitués de personnes blanches, d’autres de personnes noires, et d’autres de personnes maghrébines. Une autre variable a été déterminante : le fait d’être membre d’un quartier populaire – le quartier étant ici celui de la Villeneuve, à Grenoble (Isère) – ou d’en être extérieur. L’objectif de la constitution de ces groupes était donc de susciter des identifications collectives dans des groupes racialisés afin de comprendre comment ces identifications pouvaient modifier le rapport à la police des uns et des autres.

Le déroulé du focus group varie selon les sujets d’enquête. Il est nécessaire de trouver des sujets ou des activités permettant de faire débattre les gens entre eux. L’animateur a pour rôle de recadrer la discussion entre les différents individus. Dans le cadre de cette recherche, des vidéos de contrôles musclés ont par exemple été diffusées aux individus afin de voir leur réaction et les débats, les remarques qui en ressortent dans un contexte collectif.

Limites méthodologiques

Avec la méthode des focus groups, la question de la représentativité n’est pas mise en avant, ce qui représente une limite pour généraliser des résultats. De plus, dans les enquêtes par entretien par exemple, arrive souvent un effet de saturation lorsqu’un certain nombre de personnes a été questionné. Cet effet de saturation permet alors d’identifier les grands types de discours sur un même sujet. La méthode des focus groups ne permet pas d’atteindre cet effet de saturation, et les individus présents s’expriment moins longuement que lors d’un entretien. Ainsi, pour Guillaume Roux, le focus group est surtout une méthode exploratoire. Il est donc toujours pertinent de croiser les méthodes, afin de rendre les résultats obtenus d’autant plus pertinents. Le focus group est une étape de l’enquête qui se mêle aux autres méthodes utilisées.

Aussi, la méthode des focus groups est assez lourde dans son déroulée. Elle demande de réunir plusieurs personnes en un même lieu, durant un certain temps, ce qui est assez compliqué. Il existe d’ailleurs des biais durant ces séances. Par exemple, certains individus peuvent prendre le dessus et imposer leur point de vue sur un sujet. Ces situations permettent tout de même de nourrir l’analyse en observant l’établissement des rapports de forces dans un groupe constitué et la façon dont ceux-ci opèrent. Même si ce type de situation peut sembler être une limite majeure à la méthode, elle devient rapidement une force, selon l’analyse qui en ressort.

Mener un entretien sur la sexualité : positionnements, méthodes et outils pour accéder à l’intime

Séance du séminaire “Questions de méthode”, intervention de Cécile Thomé, Jeudi 19 décembre, 16h30-18h30 (Bâtiment Michel Dubois, B 102)

Compte-rendu de séance réalisé par Matthieu Bernis, Stéphane Bossi et Charlotte Salzard (étudiant-e-s du master Sciences Sociales -Parcours SIRS)

Cécile Thomé est docteure en sociologie, spécialiste de sociologie du genre, de la sexualité et de la contraception. Elle est l’auteure d’une thèse intitulée “La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010)”, soutenue à l’EHESS en novembre 2019 et qui porte sur l’articulation entre contraception et sexualité en France, à la fois dans une perspective historique et d’un point de vue contemporain.

Le texte “Faire parler les silences. Mener et analyser un entretien biographique sur la sexualité” porte sur l’approche méthodologique adoptée par l’auteure durant sa recherche de doctorat.

Accéder au terrain : réflexions sur le recrutement des enquêtés

Un des points centraux dans la méthodologie de Cécile Thomé  a été le recrutement, puisque trouver des enquêtés sur le thème de la sexualité et de la contraception pose des difficultés : le rapport à ces questions est très personnel, mais dépend aussi de variables comme la génération et le sexe des enquêtés. Ainsi, notre chercheuse a montré comment elle déployé diverses stratégies afin d’obtenir des entretiens avec les profils dont elle avait besoin pour son enquête. 

Si l’utilisation des contacts personnels permet d’obtenir un certain nombre d’entretiens, cette technique est très vite limitée, et Cécile Thomé nous a montré qu’il faut être innovant et surtout diversifier les techniques pour trouver celles qui fonctionnent. Elle a d’abord tenté des entrées institutionnelles (maisons de retraite pour les plus âgés, planning familial, etc.), puis a choisi d’utiliser internet en postant des messages sur des forums ou sur les réseaux sociaux. 

La manière de présenter l’enquête dans sa méthode de recrutement peut jouer grandement sur le public qui va y être réceptif. Ainsi, elle a dû présenter son enquête de deux manières différentes : une fois en recherchant des personnes pour une enquête sur la “contraception”, où seulement des femmes ont répondu, et une autre fois en utilisant le terme “préservatif”, ce qui a incité des hommes à participer à l’enquête.

Un éclairage intéressant sur le sentiment de sécurité de l’enquêteur

Cécile Thomé a tenu à nous faire part d’un point important : le sentiment de sécurité. D’abord, elle déclare avoir toujours été une “bonne élève”, c’est à dire qu’elle a suivi les recommandations de ses professeurs et privilégié les entretiens au domicile des enquêtés, de façon à réduire la distance qu’il peut y avoir entre elle et eux. Cependant, Cécile Thomé s’est rapidement rendue compte que cette situation pouvait la mettre mal à l’aise et parfois même provoquer un sentiment d’inquiétude. Parler avec des hommes de leur sexualité, chez eux, parfois tard le soir, est quelque chose qui peut légitimement mettre à mal son sentiment de sécurité, qui doit pourtant passer avant la rigueur académique ou plus simplement “le désir de bien faire”. Cécile Thomé insiste : “Vous avez le droit d’avoir peur, vous avez le droit d’adapter votre méthodologie parce que vous avez peur”.

Ainsi, après plusieurs entretiens à domicile qui ne sont pas bien passés (l’enquêté est à la limite de la drague, il est incommodant, ou plus simplement ne prend pas au sérieux l’entretien), Cécile Thomé décide de continuer d’interroger les femmes chez elles mais de convoquer les hommes à son bureau à l’ENS. Le contexte universitaire, dit-elle, permet de renforcer le sérieux de l’enquête et décourage les dépassements. 

Lors de la conférence, cette petite parenthèse nous a marqué pour deux raisons : d’abord parce qu’il lui tenait manifestement à coeur de nous parler des difficultés qu’elle avait rencontrées dans ce cadre, ensuite parce que nous n’avions pas ou peu eu l’occasion de voir comment une enquête pouvait nous atteindre personnellement et voir dans ce cas sa méthodologie adaptée.

Entrer dans l’intime, faire parler les enquêtés sur des sujets délicats

La thématique de l’entrée dans l’intimité des enquêtés a été longuement développée par Cécile Thomé, qui nous a présenté les points principaux de la méthodologie qu’elle a employée pour mener des entretiens biographiques sur la sexualité.

Une mise en contexte progressive est essentielle pour faire parler les enquêtés de leur intimité :  l’entretien aborde dans un premier temps leur vie sentimentale, avant de les faire parler de leurs pratiques contraceptives, pour aborder enfin le sujet de leurs pratiques sexuelles. 

Cécile Thomé nous a expliqué ainsi l’importance pour le chercheur de laisser les enquêtés construire leur récit sans les brusquer, afin de laisser la relation de confiance entre l’enquêteur et l’enquêté se développer avant de demander des détails et de poser des questions plus précises concernant les pratiques sexuelles.

Pour l’enquêteur, cette démarche progressive permet de distinguer le récit principal “normé et normatif” et le récit secondaire, la “vérité” des pratiques, qui apparaît dans un deuxième temps dans l’entretien. Cela lui permet également de détecter le champ lexical mobilisé par les enquêtés dans leur discours, afin d’aligner son propre vocabulaire sur celui de ces derniers, et de les mettre ainsi plus à l’aise pour parler de leurs pratiques intimes.

Enfin, Cécile Thomé nous a expliqué l’importance des relances dans les entretiens pour extraire les informations des discours. Ces relances permettent de révéler et questionner les “distorsions” entre discours et pratiques, mais doivent être maniées avec intelligence, afin de ne pas faire perdre la face à l’enquêté qu’on interroge sur ses contradictions.

Conclusion

Cette conférence, première du cycle “questions de méthodologie” nous a montré que l’intime un sujet qui peut justement souligner la manière dont notre genre est à prendre en compte dans la construction d’une problématique et la réalisation d’une enquête. Nous ne voyons pas les mêmes choses, en effet, selon notre sexe, nous n’avons pas accès aux mêmes informations et nous ne courrons pas les mêmes risques. Cécile Thomé aborde l’importance du recul réflexif du chercheur avec une simplicité et une sincérité qui a rendu cet exposé méthodologique très enrichissant pour des étudiantes et des étudiants sur le point d’attaquer leur propre enquête.