Plaidoyer pour l’ethnographie collective

Compte-rendu de la séance du séminaire “Questions de méthode” avec Gilles Laferté (21 janvier 2020).

Réalisé par Manon Allibe et Amos Fleurime, étudiant-e-s du master SIRS

Gilles Laferté est directeur de recherche en sociologie à Dijon à l’INRA et plus précisément au sein de l’équipe CESAER qui est le Centre d’Economie et de Sociologie Rurales Appliquées à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux. Ses domaines de recherches concernent la :

  • Sociologie des appartenances territoriales
  • Sociologie des mondes ruraux
  • Sociologie et ethnographie économique
  • Sociologie des élites et des pouvoirs locaux.
  • Méthodologie (ethnographie et archives), Histoire sociale des sciences sociales
  • Sociologie des agriculteurs

Outre que la publication de sa thèse qui porte l’intitulé La Bourgogne et ses vins, image d’origine contrôlée, il a aussi publié les ouvrages suivants : L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers, Le laboratoire des sciences sociales (avec Paul Pasquali et Nicolas Renahy), Mondes ruraux et classes sociales (livre dirigé avec Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahy).

Son intervention du 21 janvier portait sur son travail autour de l’expérience collective, notamment à travers son article.

Retour sur trois expériences de terrain

La réflexion de Gilles Laferté n’est pas purement épistémologique. Elle s’inscrit également dans une démarche réflexive qui trouve sa racine dans les expériences qu’il a vécues en tant que stagiaire, doctorant et coordinateur d’équipe de recherche sur le terrain. Et, dans son article parue en 2016, « Enquêtes collectives Retours d’expériences. Plaidoyer pour l’ethnographie collective », il revient sur les trois expériences de terrain qui lui ont permis de construire, en fait, son approche d’enquête collective.

– La première expérience a eu lieu à Meaux en 1998. C’était un stage de terrain dirigé par Stéphane Beaud et Florence Weber. A cette époque, il n’était qu’étudiant de l’École Normale Supérieure ;

– La deuxième expérience à Lens entre 2001 et 2006, a été un travail secondaire à sa thèse à partir d’un terrain commun avec d’autres doctorants ;

– La troisième expérience s’est déroulé en territoire germanois (c’est un nom anonyme) entre 2007 et 2015 où Gilles a fait un travail collectif avec des collègues de l’INRA (ancien nom de l’INRAE) autour d’un site collectif.

Ces trois terrains ont permis à Gilles Laferté de voir les contraintes qu’une expérience collective engendre, et c’est à travers une analyse réflexive que le texte invite à tirer des leçons et mesurer les gains d’une telle pratique collective.

L’abandon de la croyance du savant omniscient et le manque de modèle de sciences sociales en recherche collectives

Pour Gilles Laferté, un chercheur n’a pas à sa disposition tout un panel d’outils pour réaliser des enquêtes de terrain, ce que nous savons nous vient d’une socialisation orientée, notamment par les professeurs. Gilles a conscience de sa formation spécifique en ethnographie : prendre conscience de sa trajectoire est une première façon de replacer son travail et se remettre en question. Tout travail en sciences sociales est situé, à partir des courants de recherches, des outils qui nous sont enseignés, des types de sciences, des espaces étudiés, etc. L’importance de replacer sa place de chercheur permet de contextualiser l’information qui ressort du terrain (comment les données ont été récoltées par exemple).

Au moment où Gilles Laferté fait ses études, il n’y a pas beaucoup d’exemples de travaux collectifs, les étudiants ne peuvent donc pas se baser sur des modèles préexistants. Pourtant, les enseignements qui pouvaient être proposés étaient faits collectivement : le premier terrain collectif de Gilles a été proposé par ses professeurs autour d’un programme collectif, sous forme de stage de terrain.

Les stages de terrain comme manière d’enseigner l’ethnographie

Les stages empirique en ethnographie se sont développés dans la pratique de terrain et ont été particulièrement mis en avant dans les études de Gilles : sa première expérience de terrain collectif s’inscrit dans ce cadre, accompagné d’une « festivité estudiantine » et d’un cadrage des professeurs. Le grand avantage de cette enquête a été la collecte de données : toutes les données sont partagées, chacun pouvait donc reprendre d’ancien travaux (des étudiants d’années précédentes) ou avoir des données à partir des collègues (de manière plutôt informelle). Le regret de Gilles sur cette expérience est qu’il n’y a pas eu de publication ou de rapport sur ce travail de terrain, malgré toutes les données recueillies, puisque le terrain était vraiment pensé comme un travail pédagogique.

Une nouvelle vision du collectif

Le second terrain collectif de Gilles s’est créé à la suite d’un séminaire où des étudiants de la première expérience pédagogique, devenus doctorants, se sont retrouvés pour continuer à travailler collectivement. Toujours sans guide concret de recherche collectives, l’idée était de reprendre les bases en se concentrant beaucoup plus sur le collectif, notamment avec d’autres étudiants de master. Le terrain était collectif, sur des périodes d’une semaine où tous se retrouvaient pour des recherches communes, et, les observations et données étaient partagées. Avec du recul, Gilles qualifierai plutôt cette manière de procéder comme une « descente ethnographique coup de poing » d’étudiants sur un laps de temps. L’accumulation de données a quand même pu se faire grâce à une longue période d’enquête de 5 ans. La grande difficulté de ce terrain (Lens) a été d’appréhender l’objet comme un « individu-équipe » où le sociologue qui fait son terrain de son côté disparaît et où tout était partagé et mis en commun. Pour Gilles, cette expérience fut d’un « amateurisme mortel » car il n’y a pas eu de réflexivité et d’utilisation d’outils sur ces données recueillies et sur le travail produit, ce qui a donné beaucoup de tensions et d’incompréhensions, notamment lorsque certains ont commencé à publier personnellement sur le sujet tandis qu’un projet en commun de publication était envisagé.  

La mise en place d’une ethnographie collective qui fonctionne

Le troisième terrain de Gilles Laferté, où cette fois des jeunes chercheurs choisissent de faire de l’ethnographie collective sur un terrain commun, se détache des deux autres expériences qu’il a eu. Cette nouvelle recherche se caractérise par un grand accès aux archives qui sera l’un des éléments centraux du travail de Gilles (notamment en ce qui concerne l’articulation passé/présent à travers les cahiers de recherches et compte rendu d’entretiens de recherches précédentes), une cumulativité des données (toutes les données sont partagées entre les chercheurs de l’enquête) et un échange avec les personnes travaillant sur ce terrain collectif (discussions de groupe, réflexivité sur les données recueillis et conseils pour avancer sur la recherche). Pour ce travail collectif, un agenda de terrain a été mis en place où chacun devait remplir de façon systématique des renseignements sur les données recueillies (par exemple le nom de la personne d’un entretien). Tout comme sur les autres terrains, Gilles Laferté note des faiblesses dans ce travail collectif comme la trop faible mutualisation des données car le partage n’était pas assez systématique, un manque de croisement sociologique entre les données des uns et des autres ou encore une recherche trop monographique car la recherche a été trop limités à certains faits sociaux et Gilles pense qu’il aurait été profitable de remonter vers les institutions pour avoir plus d’informations.  

Conclusion

Gilles Laferté, durant son séminaire et aussi dans son article, nous a permis de saisir, une fois de plus l’importance de la réflexivité dans un travail de recherche qui, toutefois, ne se résume pas uniquement à une récapitulation des différentes moments d’une étude. Bien au contraire. La réflexivité est la phase par laquelle, le chercheur tout en faisant un retour d’expériences d’enquête, profite pour proposer d’une nouvelle démarche méthodologique comme l’a également fait la sociologue Muriel Darmon dans son article ayant pour titre Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain.

Enfin, le séminaire de Gilles Laferté nous a permis également de mieux cerner l’aspect de l’ethnographie collective. Étant des jeunes sociologues, appelés ultérieurement à travailler en équipe [en tant que chercheur ou en tant que des professionnels], nous pensons que l’application d’une pareille approche nous permettrait de saisir de manière profonde un phénomène propre à un milieu social. Par la liberté accordée à chaque enquêteur d’une même équipe de choisir une entrée distincte sur le terrain, cette approche permet de constituer facilement une structure sociale. Toutefois, il nous incombe la responsabilité de trouver une formule adéquate pour la mutualisation de données qui est souvent sujette à des controverses.

“L’école qui classe. 530 élèves du primaire au bac”

Compte-rendu du séminaire “Questions de méthode” avec Joanie Cayouette-Remblière (INED).

Compte-rendu réalisé par Elhadji Wade, étudiant du master Sciences Sociales -SIRS

Joanie Cayouette-Remblière est sociologue chercheuse à i’institut national d’études démographiques (INED).  Elle s’intéresse essentiellement aux thématiques d’inégalités de réussite et d’orientation scolaires, de statistiques ethnographiques et articulation des méthodes. Elle a publié, en 2016, L’école qui classe, 530 élèves du primaire au bac, ouvrage réalisé à partir de son enquête de terrain de thèse. Dans cet ouvrage, l’auteure propose une étude des trajectoires scolaires d’élèves issus de la classe populaire par le biais d’une articulation de méthodes combinant la construction d’une statistique ethnographique par l’analyse de dossiers scolaires et des entretiens ethnographiques.

  • L’école qui classe, 530 élèves du primaire au bac” : trajectoires scolaires des élèves de classes populaires au début du XXIème siècle

Lors de ce séminaire, Joanie Cayouette-Remblière nous a présenté les résultats d’une enquête menée auprès de deux cohortes d’élèves suivies de la fin du primaire jusqu’à l’éventuel accès au baccalauréat. Elle part de la question suivante : Comment comprendre la persistance des inégalités scolaires et quels effets sociaux produisent les changements récents dans le système éducatif français ? S’intéressant à une population d’enquête de 530 élèves, elle montre le rapport paradoxal qu’entretiennent ces enfants de classe populaire avec l’école. Les trajectoires scolaires de ces élèves sont le plus souvent heurtées, non linéaires, irrégulières. Elles ne sont placées ni sous le signe de l’excellence, ni sous celui de l’échec scolaire.

  • Apports méthodologiques : combinaison de méthodes à partir d’un matériau composé de dossiers scolaires et d’entretiens ethnographiques.

Au-delà des résultats très intéressants présentés par Joanie Cayouette-Remblière et de leur grand intérêt dans l’analyse des inégalités scolaires, le séminaire a permis de discuter de questions de méthodes. La sociologue a ainsi consacré une bonne partie de son exposé à sa méthodologie d’enquête. Son approche méthodologique est assez originale dans la mesure où elle permet de trianguler la statistique et l’ethnographique. Elle a travaillé sur des matériaux produits par l’institution scolaire à travers en exploitant des données issues des dossiers scolaires de 530 élèves.

En soulignant l’importance de la négociation et en effectuant un travail de réflexivité sur les données issues des dossiers scolaires, Joanie Cayouette-Remblière a construit une base de données conséquente qui permet, qui plus est, de faire parallèlement des lectures quantitatives et qualitatives de données de première main issues d’archives. Ce séminaire a ainsi était l’occasion de se faire une idée claire sur la possibilité d’effectuer une recherche en sociologie par le biais d’une enquête alliant méthodes et démarche quantitatives et méthodes et démarche qualitatives. Cela est d’autant plus intéressant que ces deux perspectives de recherche en sociologie ont pendant longtemps été présentées comme opposées. A travers ce cas d’étude pratique sur l’analyse des inégalités scolaires, la sociologue nous permet de voir comment le savoir-faire et la minutie propres à la démarche ethnographique peuvent être combinés à la précision de la démarche statistique.

Il est également intéressant d’appréhender l’originalité de cette démarche d’enquête parce qu’elle permet d’analyser des données qui ne sont pas produites par le chercheur mais par une institution. Ce qui permet également de porter un regard sur le point de vue que l’institution adopte pour décrire les élèves et d’un point de vue général sur la validité des données institutionnelles ou administratives dans l’analyse sociologique. Nous avons pu voir lors de ce séminaire que l’exploitation de données de première main, non produites par le chercheur, pouvait constituer un matériau d’analyse déterminant qui permettrait d’accéder à des informations a priori inaccessibles dans le cadre d’un entretien ethnographique par exemple.

Par ailleurs, le séminaire nous a permis de considérer la faisabilité d’une étude sociologique par une approche longitudinale de l’objet. En effet, en analysant les trajectoires scolaires d’élèves issus de classe populaire, Joanie Cayouette-Remblière s’est intéressée aux parcours scolaires de 530 élèves du primaire au bac, environ sept (7) à neuf (9) années d’études. C’est sans doute l’un des grands apports de l’exploitation des données issues des dossiers scolaires.

Conclusion

L’intervention de Joanie Cayouette-Remblière, deuxième d’une série de séminaires méthodologiques autour de « questions de méthode », nous a permis d’appréhender la possibilité d’une triangulation des méthodes sociologiques dans le cadre d’une étude longitudinale. Par une analyse de données de première main, non produites par le chercheur, la démarche présentée par la chercheuse offre un bon moyen de rompre avec le sens commun. Elle permet également de limiter l’usage excessif de la statistique ou l’ancrage réductif à l’ethnographie.